Les évolutions

Le Plan France génomique 2025 répond à la demande du Premier ministre Manuel  Valls faite en avril 2015 d’organiser la mise en place, et la prospective  sur 10 ans, des conditions de l’accès au diagnostic génétique dans notre pays.

Il a pour objectif de développer le séquençage à grande échelle de génomes afin de permettre à tous les patients de bénéficier au plus tôt de l’apport de la génomique dans le diagnostic et la thérapeutique. C’est ainsi que le 17 juillet 2017 une première étape majeure dans la concrétisation de ce plan, est proclamée avec l’annonce  officielle des deux consortiums à qui seront confiées les premières plateformes de séquençage à très haut dé

bit.

Le projet SEQOiA, porté par l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, l’Institut Curie, l’Institut Gustave Roussy, et l’Institut IMAGINE.

 

Le projet AURAGEN, porté par les Hospices Civils de Lyon, le CHU de Grenoble, le CHU de Saint-Etienne, le CHU de Clermont-Ferrand, le Centre Léon Bérard, le Centre Jean Perrin et l’Institut de cancérologie de la Loire.

Le Plan France Médecine Génomique 2025 reposera sur :

  • Un réseau de plateformes de séquençage à très haut débit
  • Un centre national d’Analyse de Données, qui collectera l’ensemble des analyses réalisées sur les plateformes
  • Un centre d’expertise et de veille technologique, qui permettra d’harmoniser le fonctionnement du système et son évolution

Pour en savoir plus :

http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2016/06/22.06.2016_remise_du_rapport_dyves_levy_-_france_medecine_genomique_2025.pdf